Avertissement : des membres du public sont contactés par des personnes prétendant travailler pour AXA Investment Managers. Découvrez plus d'informations et ce qu'il faut faire en cliquant ici.

Investment Institute
Développement durable

L'investissement responsable dans l'ombre de la guerre en Ukraine

  • 30 mai 2022 (5 minutes)

La guerre en Ukraine, au-delà de la tragédie pour la population locale et des sombres ramifications géopolitiques, risque d'avoir un impact significatif sur l'économie européenne, mettant en péril sa reprise tout comme elle s'est finalement extirpée de la pandémie.

L'inflation rebondissait déjà à cause des perturbations sur les chaînes d'approvisionnement, mais le choc sur les prix de l'énergie exacerbe l'impact sur le pouvoir d'achat des ménages, qui se traduit par une forte baisse de la confiance des consommateurs et une réduction des dépenses dans certains pays.

La réponse des gouvernements est une nouvelle relance budgétaire - dépassant 1 % du PIB dans chacun des quatre plus grands États membres de la zone euro - mais il existe un risque que la « crise de la croissance » incite les gouvernements à reporter les décisions nécessaires, bien que temporairement douloureuses, sur la décarbonation de nos économies.

Sécurisation de l'énergie

La crise actuelle montre que toute discussion sur le mix énergétique doit se pencher sur la manière dont l'objectif net zéro d'ici 2050 est lié à la sécurité énergétique et à la cohésion sociale.

Si les préoccupations de sécurité dominent l'équation, le risque que les solutions temporaires telles que le remplacement du gaz russe par du gaz naturel liquéfié en provenance des États-Unis ou du Qatar se transforment en solutions permanente n’est pas à exclure ; cela reporterait la décarbonation de la production d'électricité si les opérateurs obtiennent des engagements à long terme de la part des gouvernements en échange de leurs efforts d'investissement.

Si des solutions rapides sont nécessaires compte tenu de l'urgence des sanctions, elles doivent toutefois être soigneusement intégrées dans une stratégie plus large. Une avancée plus marquée vers les énergies renouvelables est nécessaire et pourrait nécessiter une capacité de financement plus importante du programme Next Generation, mais la crise remet également la question de l'énergie nucléaire sur la table.

L'UE doit encore finaliser sa position sur cet aspect crucial dans sa taxonomie, mais dans la course actuelle au remplacement du pétrole et du gaz russes, le nucléaire est l'un des éléments les plus sous-estimés du dernier rapport de l'Agence internationale de l'énergie.

Intégrer les critères ESG

Pour les investisseurs, cela signifie que leur stratégie environnementale, sociale et de gouvernance (ESG) doit devenir encore plus granulaire en matière d'énergie, en se concentrant sur les formes de transition des combustibles fossiles qui tiennent compte des contraintes géopolitiques des pays. Les investisseurs doivent également renforcer leur capacité à considérer ensemble le pilier « E » et le pilier « S ».

La question de la « Transition juste » n'est pas nouvelle, mais elle prend bien sûr une place plus importante dans le contexte de hausse rapide des prix de l'énergie. Avec des consommateurs confrontés à des hausses à deux chiffres des prix de l'électricité, cela devient très réel, très rapidement. L'énergie n'est pas le seul canal de transmission par lequel les retombées de la guerre en Ukraine nous obligent à confondre « E » et « S ».  La perturbation de l'approvisionnement en céréales et en engrais entraîne une hausse des prix des denrées alimentaires, avec des conséquences visibles pour les pays en développement et les plus pauvres des pays développés.

La manière dont la dimension sociale de la transition sera prise en compte par les investisseurs sera au centre des préoccupations dans les années à venir, aussi bien pour les entreprises que pour les Etats.

L'évaluation ESG des émetteurs publics en est encore à ses balbutiements, faute d'une approche commune et suffisamment détaillée dans le secteur financier, mais un élément clé devrait être la manière dont ils gèrent la « distribution » des politiques de transition qu'ils mettent en œuvre. Sans un partage équitable du contraintes nécessaires à la durabilité de nos économies, l'acceptation démocratique de la lutte contre le changement climatique, qui est encore récente ou naissante dans certains pays, diminuera.

Les défis de l'exclusion

La guerre en Ukraine obligera également les investisseurs à reconsidérer la manière dont ils envisagent la cryptomonnaie d'un point de vue ESG. Jusqu'à présent, ce sont généralement les aspects négatifs pour l'environnement qui ont été explorés car en effet, de nombreuses cryptomonnaies sont très consommatrices d’énergie. Toutefois, la capacité de ces monnaies à échapper au contrôle et aux sanctions internationales devrait attirer l'attention.

Enfin, la manière dont nous envisageons les armes appelle une plus grande granularité dans les stratégies ESG. L'exclusion totale des entreprises impliquées dans le secteur de la défense est une pratique courante chez de nombreux investisseurs ESG. Bien qu'il n'y ait bien sûr aucune raison de se pencher sur le développement et la production d'armes controversées - sur lesquelles il existe des normes assez largement acceptées dans le secteur financier -, les entreprises qui renforcent la capacité des pays à se défendre contre l'agression ne peuvent être en contradiction avec les investissements durables.

Finalement, la guerre en Ukraine appelle à un ensemble de principes plus solides sur la manière dont les droits de l'homme peuvent faire partie de toute politique d'investissement.

En savoir plus sur ce sujet, avec les points de vue de Gilles Moëc et Bertrand Badré, ancien directeur général de la Banque mondiale, et PDG et fondateur d'Orange Sustainable Capital, chez Project Syndicate.

Investment Institute

Nos experts de l'investissement présentent leurs principales convictions

En savoir plus

Articles connexes

Développement durable

Conséquences de la crise ukrainienne pour les marchés... et pour la lutte contre le changement climatique

  • Par AXA IM Investment Institute
  • 30 mai 2022 (5 minutes)
Analyses des classes d'actifs

Métavers. Expériences virtuelles, opportunités d’investissement bien réelles ?

  • Par Pauline Llandric
  • 04 mai 2022 (5 minutes)
Actions

Nous voyons un point d’entrée sur la robotique et l’économie digitale

  • Par Mark Hargraves
  • 05 juillet 2022 (7 minutes)

    Avertissement

    Investir sur les marchés comporte un risque de perte en capital.

    Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers.

    Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée. Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document.

    Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives. Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions.

    Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers. L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

    AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 421 906 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.

    Avertissement sur les risques

    La valeur des investissements, et les revenus qu'ils génèrent, sont sujets à des variations, ce qui peut engendrer une perte totale ou partielle du capital initialement investi.