Avertissement : des membres du public sont contactés par des personnes prétendant travailler pour AXA Investment Managers. Découvrez plus d'informations et ce qu'il faut faire en cliquant ici.

Investment Institute
Développement durable

Les entreprises devraient-elles agir davantage pour atténuer la hausse du coût de la vie ?

  • 10 janvier 2023 (5 minutes)

La crise du coût de la vie ne semble pas près de s'atténuer. L'inflation se maintient à un niveau inconfortable et continue de surprendre à la hausse. La pénurie d'énergie persiste de manière alarmante alors que les pays de l'OPEP+ sont bien décidés à maintenir les prix du pétrole à un niveau élevé tout en réduisant leur production.

Sur les marchés domestiques de l'énergie, les pouvoirs publics sont intervenus pour protéger les consommateurs contre certaines des conséquences de la hausse des prix en prenant des mesures telles que le plafonnement des coûts unitaires de l'énergie et la nationalisation des énergéticiens, comme EDF en France, par exemple.

Le cas de l'énergie est toutefois exceptionnel. Les États sont intervenus car les entreprises du secteur de l'énergie jouissent d'une demande irrépressible qui leur permet de répercuter la hausse des coûts de gros sur le consommateur. Protéger les ménages contre ce comportement monopolistique est devenu une priorité nationale.

Pourtant, de nombreuses entreprises extérieures au secteur de l'énergie continuent de répercuter la hausse des coûts pour préserver leurs marges, contribuant ainsi à l'environnement inflationniste et accentuant le préjudice social subi par les personnes les plus touchées. Nul ne souhaite voir les gens peiner à acheter des produits alimentaires ou à se procurer d'autres articles ou services de première nécessité, mais les chefs d'entreprise savent qu'une baisse des marges entraîne une baisse des bénéfices et, inévitablement, une baisse du cours de l'action.

Alors pourquoi ne pas envisager, à l'instar des prêteurs immobiliers qui font preuve d'indulgence à l'égard des emprunteurs en période d'adversité économique, une démarche plus souple à l'égard des entreprises soucieuses d'adopter une approche plus sociale ? Privilégier les enjeux sociaux pourrait se révéler plus avantageux pour la société en faisant baisser l'inflation plus rapidement et en accélérant l'émergence d'un contexte économique plus stable et normalisé.

Passer à l'action

Si les entreprises étaient libres d'agir de manière socialement responsable et y étaient incitées, que pourraient-elles faire ? Les postes les plus importants dans le budget des ménages sont ceux qui répondent aux besoins fondamentaux, à savoir l'énergie, le logement et l'alimentation. Si les autorités sont intervenues pour atténuer les tensions dans le premier secteur, c'est dans le dernier, l'alimentation, que des mesures efficaces pourraient être prises assez rapidement.

Les supermarchés pourraient s'investir davantage en procédant à un subventionnement des produits de base et des articles essentiels afin de venir en aide à leurs clients les plus vulnérables. Certains supermarchés ont déjà gelé ou baissé leurs prix dans certains pays. Mais face à l'ampleur du problème que pose l'inflation, ne pourraient-ils pas aller plus loin et consentir à enregistrer des pertes sur certains produits de base (le lait et le pain, par exemple) afin d'aider les plus démunis à joindre les deux bouts ? De nombreux supermarchés comptent une clientèle plus privilégiée qui reste disposée à maintenir son niveau de dépenses pour des produits relativement coûteux comme le vin et les produits alimentaires plus « haut de gamme ». Les bénéfices réalisés sur ces articles pourraient venir compenser le coût lié au subventionnement des prix dans d'autres catégories.

Cette démarche peut ne pas être entièrement altruiste. De telles mesures sont susceptibles non seulement de susciter une plus grande fidélité de la part des clients, mais aussi de renforcer la réputation de l'entreprise et d'accroître sa part de marché à long terme.

Risque de comportement irresponsable

Malheureusement, certaines entreprises semblent invoquer l'inflation pour justifier des prix exorbitants ou adopter un comportement visant à préserver les marges sans se soucier du risque de réaction du consommateur. Dans la mesure où le consommateur pourrait finir par se rebeller contre cette pratique (et contre le professionnel qui y recourt), il serait, à long terme, économiquement judicieux pour les entreprises de résister à la tentation de s'y adonner. Pourtant, cette tendance semble se développer.

En outre, les entreprises qui considèrent l'inflation comme un moyen opportun de réaliser des bénéfices hors normes pourraient risquer bien plus qu'une simple entaille à leur réputation et à leur santé économique à long terme. Certains secteurs monopolistiques, comme les télécommunications, se sont déjà retrouvés dans le collimateur des autorités de réglementation par le passé et risquent de renouveler l’expérience. Certains opérateurs de téléphonie mobile britanniques comptent introduire prochainement des hausses de prix égales au taux d'inflation (qui se situe actuellement autour de 10 % selon l'indice des prix à la consommation) majoré de près de 4 %. Rien ne justifie une hausse de 14 % du coût de transmission des données au motif que l'inflation globale est de 10 %. En termes de réputation, le risque pour les entreprises est manifeste, mais les autorités de réglementation pourraient elles aussi voir d'un mauvais œil ces hausses de prix arbitraires dans un contexte de crise du coût de la vie.

Le dilemme pour l'investisseur

Face à l'avalanche de questions auxquelles les investisseurs sont aujourd'hui confrontés, il n'est pas toujours facile de mesurer les conséquences sociales des actions engagées par les entreprises. La plupart des portefeuilles qui intègrent les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) disposent d'un grand nombre d'indicateurs et d'informations pour mesurer les risques « G » et « E » associés aux activités d'une entreprise. En revanche, les risques sociaux et leurs coûts financiers potentiels sont plus difficiles à identifier et à mesurer. Pourtant, dans la mesure où le bien-être des populations figure au cœur de la plupart des enjeux, qu'il s'agisse par exemple de l'activité économique ou de la lutte contre le changement climatique, le « S » devrait peut-être être considéré comme la composante la plus importante de l'acronyme ESG plutôt que comme un élément secondaire.

Les difficultés que rencontrent aujourd'hui tant de personnes contribuent sans doute à mettre en évidence le bien-fondé de cette démarche. Mais la tension qui existe à court terme entre la recherche du profit et le bien-être social demeure. Est-il préférable pour les entreprises de faire des choix sociaux explicites dès maintenant, et pour les actionnaires de concilier l'impact positif de ces choix avec leur devoir fiduciaire, que de laisser l'inflation s'emballer plus longtemps ?

La solution à ce dilemme n'est hélas pas simple. Mais c'est assurément une question à laquelle nous devrions tous réfléchir à l'heure où la pire crise inflationniste depuis une génération continue de sévir.

Inscrivez-vous à la lettre mensuelle investissement responsable

S'abonner
S’abonner à nos publications.
Investissement social

Progrès social

Chez AXA IM, notre approche est tournée vers la recherche de valeur à long terme, aussi bien financière qu’extra-financière, avec l’objectif de produire un impact positif et mesurable sur la société, notamment à l’égard des enjeux sociaux.

En savoir plus

Articles et vidéos

Développement durable

La mode durable, une tendance en vogue pour les investisseurs responsables

  • Par Chris Iggo
  • 06 février 2023 (7 minutes)
Développement durable

Comment dénicher les sociétés qui cochent toutes les cases en matière de durabilité ?

  • Par Marie Walbaum
  • 03 février 2023 (7 minutes)
Développement durable

Comment sélectionner les entreprises les plus vertueuses ?

  • Par Marie Walbaum
  • 02 février 2023 (15 minutes)

    Avertissement

    Investir sur les marchés comporte un risque de perte en capital.

    Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée. Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives. Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers. L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

    AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 421 906 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.

    Avertissement sur les risques

    La valeur des investissements, et les revenus qu'ils génèrent, sont sujets à des variations, ce qui peut engendrer une perte totale ou partielle du capital initialement investi.

    Are you an IFA or other Professional Investor ?

    Are you a financial advisor, institutional, or other professional investor?

    This section is for professional investors only. You need to confirm that you have the required investment knowledge and experience to view this content. This includes understanding the risks associated with investment products, and any other required qualifications according to the rules of your jurisdiction.