Avertissement : des membres du public sont contactés par des personnes prétendant travailler pour AXA Investment Managers. Découvrez plus d'informations et ce qu'il faut faire en cliquant ici.

L'année des obligations vertes, sociales et durables ? 3 raisons d'être optimiste

  • 09 mars 2023 (7 minutes)

L’année 2022 aura été très difficile pour les marchés obligataires dans leur globalité, et les obligations durables n'ont pas fait exception. Pourtant, il existe des raisons de rester optimiste quant à cette classe d'actifs. À titre d'exemple, le marché des obligations vertes est resté dynamique et a offert des opportunités d'investissement intéressantes qui ont continué à susciter l'appétit des investisseurs malgré la forte volatilité.

2023 pourrait être l'année du renouveau du marché obligataire1 . Les incertitudes restent élevées mais on observe des signes encourageants avec une inflation globale qui décélère, une croissance plus résiliente qu’anticipée et un cycle de resserrement des banques centrales qui pourrait bientôt toucher à sa fin. Cet environnement devrait être particulièrement favorable au marché des obligations vertes, sociales et durables.

Alors que la réglementation vient renforcer la surveillance de l'investissement durable, les obligations vertes, sociales et durables devraient être favorisées grâce à leur fort dégré de transparence. Par ailleurs, d’après nos recherches, l'intensité carbone des projets financés par les obligations vertes est plus de deux fois inférieure à celle de leurs émetteurs2 . Elles remplissent donc bien leur rôle principal, à savoir financer des projets ayant un impact positif sur l'environnement, tout en offrant aux investisseurs un marché liquide3 avec une capacité de plus en plus importante à traiter de gros volume.

Nous avons identifié trois raisons d'être optimistes pour le marché des obligations vertes, sociales et durables en 2023 :

Il s'agit d'un marché très dynamique…

Malgré un environnement de marché et un contexte économique difficiles en 2022, les obligations vertes, sociales et durables ont tout de même enregistré 606 milliards de dollars d’émissions nouvelles4 , principalement sous l'impulsion du marché des obligations vertes, représentant près de 400 milliards de dollars d'émissions.

A lui seul, le marché des obligations vertes a réussi à tenir le rythme record de 2021 en termes de volume d'émissions, avec l’arrivée de 115 nouveaux émetteurs supplémentaires en 2022. Le crédit a représenté plus de 50 % du total des émissions pour la troisième année consécutive, grâce à une diversification sectorielle croissante provenant de l'immobilier, de l'automobile, des biens de consommation ou des télécommunications. Dans un même temps, les émissions souveraines sont restées dynamiques avec de nouveaux pays comme l'Autriche ou le Canada qui ont émis leurs premières obligations vertes. Cela reflète non seulement la crédibilité des obligations vertes lorsqu'il s'agit de soutenir les besoins de financement de la transition vers la neutralité carbone, mais aussi le fait que tous les secteurs investissent progressivement dans cette transition. A l'avenir, il y a des raisons de croire que cette diversification sectorielle devrait également s'accompagner d'une plus grande diversification régionale. On peut s'attendre ainsi à plus d’émissions corporates aux Etats-Unis, du fait notamment de l’« Inflation Reduction Act », mais aussi dans les pays émergents, une transition mondiale réussie nécessitant un investissement important dans cette partie du monde.

La dynamique du marché des obligations sociales et durables a été un peu plus nuancée. Nous avons néanmoins assisté à la première émission d'obligations sociales par un émetteur du secteur immobilier, ce qui pourrait ouvrir la voie à davantage d'émissions corporates. Concernant la dynamique des obligations durables, les émissions ont plutôt été réalisées en dollars là où les obligations vertes et sociales sont plutôt émises en euros. Cette dynamique continue d'offrir un large éventail d'opportunités d'investissement diversifiées, tant d'un point de vue sectoriel que géographique.

… avec des valorisations attractives.

Le rebond des niveaux de rendement observé en 2022 a permis d’atteindre des niveaux de valorisation que l’on peut juger attrayants aujourd’hui. À court terme, les incertitudes persistent : les banques centrales poursuivent leur cycle de resserrement pour faire baisser l'inflation globale ainsi que l'inflation sous-jacente dans un contexte de programme d’émission de dette particulièrement chargé au premier trimestre. Pourtant, à plus long terme, l’horizon semble s’éclaircir de plus en plus pour le marché obligataire et devrait être particulièrement favorable pour l'univers des obligations vertes, sociales et durables, étant donné leur exposition au crédit et leur sensibilité aux taux d'intérêt. En effet, nous pensons que certains des facteurs qui ont expliqué la sous-performance de cet univers par rapport à l'univers conventionnel en 2022 s'inverseront en 2023. L'univers des obligations vertes, sociales et durables bénéficie actuellement d'un rendement attrayant par rapport à l'univers conventionnel et semble mieux positionné pour bénéficier d'une baisse des rendements et d'une compression des spreads de crédit.

Les pressions réglementaires plus fortes et une conscience climatique et sociale croissante devrait continuer à susciter de l'intérêt pour cette classe d'actifs.

Les stratégies durables ont bénéficié d'un appétit croissant des investisseurs au cours des dernières années. À mesure que la réglementation s'intensifie, il est essentiel de pouvoir continuer à démontrer la crédibilité de ces stratégies. Les obligations vertes, sociales et durables sont un instrument approprié car il combine transparence et mesurabilité des projets financés. Cela devrait être particulièrement bénéfique pour la classe d'actifs et attirer à la fois de nouveaux investisseurs et de nouveaux émetteurs.

La transition vers un monde Net Zéro nécessite des investissements massifs dans les années à venir. Par exemple, une étude récente5 a montré qu'il faudrait 3,5 trillions de dollars supplémentaires par an d'investissement dépensés dans les actifs physiques pour que les systèmes énergétiques et d'utilisation des sols soient opérationnels et efficaces d'ici 2050. Des initiatives telles que RePowerEU ou l‘« Inflation Reduction Act » aux États-Unis sont susceptibles de soutenir ces investissements et devraient être bénéfiques aux obligations vertes, sociales et durables.

Sur le plan social, les grèves et les problèmes liés au coût de la vie soulignent les inégalités entre les populations. Parallèlement, les ménages à faible revenu dans les pays développés et en développement sont en première ligne lorsqu'il s'agit de supporter le coût des catastrophes liées au changement climatique et de la transition vers un monde Net Zéro. Dans cette optique, les obligations sociales pourraient bien connaître un regain d'intérêt en 2023, avec une attention croissante portée au pilier Social.

Si les perspectives sont positives pour le marché, les investisseurs doivent néanmoins rester prudents lorsqu'ils investissent dans des obligations durables. L'essentiel réside dans la capacité des gestionnaires d'actifs à investir dans des projets significatifs émis par d’émetteurs crédibles grâce à une analyse approfondie. Les capacités du gestionnaire d'actifs sont essentielles dans ce domaine afin de sélectionner les projets pertinents. Dans cette optique, nous avons développé notre propre cadre d’analyse des obligations vertes, sociales et durables , un cadre solide qui nous permet d'être très sélectifs sur le marché.

Enfin, nous suivrons de près et contribuerons à notre niveau à l'évolution de la réglementation relative aux futures taxonomies vertes puis sociales, ainsi qu’à la manière dont elles s'articuleront avec la règlementation SFDR et les taxonomies locales actuelles. Il ne fait aucun doute que nous devrons tous nous adapter, mais cela ne doit pas entraver notre ambition accrue de contribuer à une transition verte et juste.

  • Vm9pciBodHRwczovL3d3dy5heGEtaW0uZnIvZXNwYWNlLXByZXNzZS9wZXJzcGVjdGl2ZXMtMjAyMy1sYS1yZXZhbmNoZS1kdS1tYXJjaGUtb2JsaWdhdGFpcmU=
  • UyZhbXA7UCBUcnVjb3N0LCAyMDIy
  • Vm9pciBIb3cgbGlxdWlkIGlzIHRoZSBncmVlbiBib25kIG1hcmtldD8gfCBBWEEgSU0gVUsgKGF4YS1pbS5jby51ayk=
  • QVhBIElNIEJsb29tYmVyZywgMjAyMg==
  • Vm9pciBodHRwczovL3d3dy5tY2tpbnNleS5jb20vY2FwYWJpbGl0aWVzL3Jpc2stYW5kLXJlc2lsaWVuY2Uvb3VyLWluc2lnaHRzL2ZpbmFuY2luZy10aGUtbmV0LXplcm8tdHJhbnNpdGlvbi1mcm9tLXBsYW5uaW5nLXRvLXByYWN0aWNl
Investissement Climat

Obligations vertes

L’investissement vert et social implique l’achat d’obligations qui servent à financer des projets soutenant une économie bas carbone ou les besoins fondamentaux des populations et de communautés défavorisées.

En savoir plus

Inscrivez-vous à la lettre mensuelle gestion obligataire ?

S'abonner
S’abonner à nos publications.

Articles et vidéos

Gestion Obligataire

Le point sur les obligations vertes

  • Par Edgar Mehrabyan
  • 19 février 2024 (5 minutes)
Gestion Obligataire

Le marché des obligations vertes et les opportunités qu’il représente pour les investisseurs

Gestion Obligataire

Le point sur l'inflation - Avril 2024

  • Par Ana Otalvaro
  • 17 avril 2024 (3 minutes)

    Avertissement sur les risques

    La valeur des investissements, et les revenus qu'ils génèrent, sont sujets à des variations, ce qui peut engendrer une perte totale ou partielle du capital initialement investi.

    Haut de page
    Etes-vous un investisseur professionnel?

    Je confirme par la présente que je suis un investisseur professionnel au sens de la législation applicable et que je ne suis pas un ressortissant des États-Unis.
    Je comprends que tous les fonds ne sont pas adaptés à tous les types de clients et qu’ils ne sont pas disponibles dans tous les pays. Je comprends que les informations fournies le sont uniquement à titre informatif et qu’elles ne constituent pas une sollicitation ou un conseil en matière de placement.
    Je confirme que je dispose des connaissances, de l’expérience et des compétences nécessaires en matière de placement, et que je comprends les risques associés aux produits d’investissement, au sens des règles applicables dans ma juridiction.