Avertissement : des membres du public sont contactés par des personnes prétendant travailler pour AXA Investment Managers. Découvrez plus d'informations et ce qu'il faut faire en cliquant ici.

Investment Institute
Technologie

Comment la COVID-19 a cassé les chaînes logistiques et comment l’IA et la blockchain peuvent les réparer ?

  • 22 juin 2022 (7 minutes)

Article en anglais : The Conversation, en partenariat avec le Fonds AXA pour la recherche.

À mesure que les chaînes logistiques mondiales s’allongent pour devenir plus rentables, elles deviennent aussi plus vulnérables. Un risque non assuré sur une chaine de valeur peut fortement perturber le commerce. Or, l’IA et la blockchain pourraient nous aider à identifier les vulnérabilités pour concevoir d’excellentes solutions d’assurance en crédit commercial. Explications.

Lorsque la crise de coronavirus a éclaté en 2020, l’urgence médicale s’accompagnait d’importantes pénuries, en particulier pour certains dispositifs médicaux.

Le phénomène s’est d’abord observé pour les ventilateurs : la demande a bondi de toutes parts et provoqué des perturbations sur la chaîne logistique. En effet, la production des ventilateurs s’étale sur plusieurs pays, chaque pièce dans un endroit dépendant d’autres pièces fabriquées ailleurs. Plus la chaîne est longue, plus la dépendance est complexe, et plus un point de la chaîne est exposé à la perturbation d’un autre point et aux fermetures des sites ordonnées par les gouvernements.

Aujourd’hui, deux ans après le début de la pandémie, ce phénomène a touché presque tous les secteurs de l’économie mondiale. Les « problèmes de chaîne logistique » sont si courants à présent qu’ils concernent presque toutes les marchandises, des meubles jusqu’aux articles d’épicerie. Mais pourquoi la Covid a-t-elle autant impacté la manière dont nous recevons nos produits et marchandises ?

Ces dernières décennies, les chaînes logistiques se sont allégées se sont allongées à mesure qu’elles devenaient plus rentables : de plus en plus d’étapes ont été ajoutées dans la fabrication et le transport de tous les produits, au nom de la rapidité et du coût. Cela signifie qu’il y a de plus en plus d’endroits où un problème peut se produire entre le moment où vous passez commande en ligne et le moment où le colis arrive sur le pas votre porte.

Aujourd’hui, les fournisseurs en aval (par exemple ceux qui fournissent à un constructeur automobile des systèmes de commande) dépendent des fournisseurs en amont (les fabricants de puces, par exemple) pour livrer en temps et en heure au constructeur qui à son tour doit vous livrer le véhicule, en temps et en heure. Avec des chaînes longues, les risques sont désormais partagés entre des entités plus nombreuses aux quatre coins du monde.

 


Utiliser l’IA et la blockchain pour protéger le commerce

Les problèmes de chaîne logistique ont une répercussion financière : la contagion des crédits commerciaux. Les entreprises ne paient plus leurs fournisseurs à temps parce que leurs propres clients ne les paient pas à temps. Le modèle du paiement à la livraison peut entraîner l’annulation ou le retard de cargaisons qui, à leur tour, peuvent entraîner des faillites.

Si une grande part de ces risques reste non assurée à l’heure actuelle, il est possible que dans un monde post-Covid, les compagnies d’assurance et de réassurance se chargent d’y remédier.

Les chercheurs tentent de mettre au point des méthodes pour identifier les vulnérabilités dans les chaînes logistiques mondiales et pour comprendre les risques de contagion des crédits commerciaux. L’objectif est de rendre les systèmes globalement plus robustes.

Comment concevoir les contrats d’assurance et de réassurance de manière à répartir les risques et atténuer les vulnérabilités ? En quoi un crédit commercial fiable peut-il limiter les retards dans les chaînes logistiques et mettre fin à la situation délicate que nous connaissons tous aujourd’hui, à savoir payer à l’avance sans connaître la date de livraison du produit ?

L’intelligence artificielle et la théorie du réseau complexe sont utiles pour identifier les structures qui présentent des risques systémiques. Elles nous aident à poser la question : quels schémas de chaînes sont susceptibles d’occasionner des retards et une contagion des crédits commerciaux, et lesquels sont plus robustes ?

À l’aide de ces outils, nous pouvons créer des simulateurs à grande échelle pour simuler des chaînes logistiques mondiales face à une grande variété de chocs, puis utiliser le machine learning afin de détecter les portions problématiques des chaînes. Les connaissances ainsi obtenues peuvent ensuite être intégrées en amont et dans le but de renforcer le système avant qu’une autre pandémie ou un autre désastre survienne.

D’autres technologies novatrices comme la blockchain offrent la promesse de données de haute qualité permettant d’analyser les dépendances au sein de la chaîne logistique. La blockchain s’appuie sur les données en temps réel ainsi que des vérifications transparentes menées par des acteurs multiples. Associée à d’autres éléments tels que des contrats intelligents, elle pourrait permettre de résoudre de manière opportune des litiges sur l’ensemble de la chaîne logistique.


My research met à profit la blockchain pour rationaliser l’enregistrement des données et les paiements. Cette opportunité pose question car l’adoption de la blockchain dépend à la fois des spécificités, de la technologie et du coût.

Le problème d’adopter une technologie en présence d’externalités positives (cas dans lequel les entreprises améliorent, ce faisant, les opérations de parties prenantes externes) n’est pas nouveau en économie, mais aujourd’hui ces externalités sont systémiques par nature : les effets se propagent dans toute la chaîne logistique. Le coût d’une technologie dépend du nombre d’entreprises qui l’adoptent, et chaque entreprise assume des coûts spécifiques à ses activités qui sont basés sur sa position dans la chaîne logistique, sa tolérance au risque et les coûts d’assurance des risques.

L’enregistrement des données en temps réel, la traçabilité des transactions et l’immuabilité de la blockchain peuvent aider les chaînes logistiques à gagner en efficacité. Cela est d’autant plus vrai si l’on considère la chaîne dans toute sa longueur, car les transactions sont alors vérifiées par plusieurs parties : les participants à la chaîne, les compagnies d’assurance et les compagnies de réassurance.

L’avenir des chaînes logistiques

Il y a fort à parier que l’assurance des crédits commerciaux se développera après la pandémie. Elle pourrait bien reposer sur des partenariats privé-public, la crise sanitaire ayant montré que les gouvernements étaient d’importants acteurs, lorsqu’ils ont imposé des fermetures dans certains domaines.

Ces fonds peuvent servir à compenser les retards de paiement, à limiter les pertes et à forcer le redémarrage des productions critiques si nécessaire. Cependant, tous les liens d’une chaîne ne peuvent pas être assurés, et il s’agit alors d’identifier les étapes les plus importantes dans différents scénarios de chocs.

Les chaînes logistiques peuvent aussi être réorganisées, grâce à des algorithmes à grande échelle capables d’identifier quels fournisseurs sont à remplacer et quels nouveaux fournisseurs sont à privilégier.

Dans quelques années, elles pourraient bien avoir changé. L’objectif n’est plus de réduire les coûts comme ce fut le cas avant la pandémie, mais de réduire les retards et les risques des crédits commerciaux. Les consommateurs finaux, en faisant évoluer la demande, dicteront le besoin de réorganiser le réseau. En définitive, c’est la flexibilité du client qui détermine la solidité de la chaîne logistique.

Actions Thématiques

Actions Thématiques chez AXA IM

Derrière le concept d’économie évolutive, l’enjeu est d’identifier les sociétés qui tirent parti des évolutions démographiques et technologiques de long terme.

En savoir plus

Articles et vidéos

Technologie

Le point sur l’économie digitale

  • Par Jeremy Gleeson
  • 28 mars 2022 (5 minutes)
Gestion Obligataire

Gestion obligataire non contrainte : retour sur les grands thèmes d’une année hors du commun

  • Par Nick Hayes
  • 08 décembre 2022 (5 minutes)
Macroéconomie

Cap sur 2023. Comment bien aborder les prochains mois ?

  • Par Irina Topa-Serry
  • 01 décembre 2022 (7 minutes)

    Avertissement

    Investir sur les marchés comporte un risque de perte en capital.

    Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée. Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives. Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers. L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

    AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 421 906 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.

    Avertissement sur les risques

    La valeur des investissements, et les revenus qu'ils génèrent, sont sujets à des variations, ce qui peut engendrer une perte totale ou partielle du capital initialement investi.