Avertissement : des membres du public sont contactés par des personnes prétendant travailler pour AXA Investment Managers. Découvrez plus d'informations et ce qu'il faut faire en cliquant ici.

Investment Institute
Macroéconomie

Trois raisons de penser que l'investissement social sera un moteur de durabilité à long terme

  • 03 novembre 2022 (5 minutes)

Au-delà de la tragédie qu’elle représente pour la population locale et la diplomatie mondiale, la guerre en Ukraine risque également d’avoir un impact significatif sur l’économie européenne, compromettant ainsi sa reprise alors même qu’elle s’extirpait enfin du contexte pandémique.

En 2022, les inégalités sociales ont continué à se multiplier, de même que leurs conséquences sur les ménages, les économies, les entreprises et, au final, les portefeuilles d'investissement.

En effet, selon Oxfam International, les inégalités économiques ont fait chuter les revenus de 99 % de la population mondiale et ont fait plonger plus de 160 millions de personnes supplémentaires dans la pauvreté.1 Aussi n'est-il pas surprenant que les pouvoirs publics, les entreprises, les consommateurs et les groupes d'investisseurs se mobilisent pour tenter de réduire les inégalités sociales qui en découlent.

On observe un afflux de nouveaux produits qui ciblent l'impact social ainsi que l'émergence des obligations sociales comme moyen de financer un large éventail de projets. L'investissement « social » consiste à résoudre des problèmes, il s'agit de répondre à des besoins non satisfaits d'une manière susceptible de produire des performances financières pour les investisseurs responsables.

Nous examinons ci-dessous trois thèmes fondamentaux visés par les stratégies d'investissement à impact social :

L’éducation

L'éducation améliore les conditions de vie, voire l'espérance de vie des individus. Par ailleurs, à l'échelle d'un pays, elle contribue à la stabilité sociale et stimule la croissance économique à long terme. Or, quelque 57 millions d'enfants en âge de fréquenter l'école primaire ne sont aujourd’hui pas scolarisés, tandis que 60 % des enfants et des adolescents n'atteignent pas le niveau minimum de compétence nécessaire en lecture et en mathématiques.2

Selon le Rapport mondial de suivi sur l'éducation, les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire doivent, pour atteindre l'objectif d'achèvement universel des études secondaires avant 2030, augmenter leurs dépenses annuelles en les faisant passer de 149 milliards de dollars (en 2012) à 340 milliards de dollars en 2030, soit 6,3 % de leur produit intérieur brut (PIB).3 Le rapport souligne que sur les 4 700 milliards de dollars consacrés chaque année à l'éducation dans le monde, seuls 0,5 % sont dépensés dans des pays à faible revenu, contre 65 % dans des pays à revenu élevé, bien que le nombre d'enfants en âge d'être scolarisés y soit similaire.4

En matière d'éducation, le défi est donc double : il s'agit d'abord d'élargir l'accès et d'attirer le plus grand nombre, jeunes et moins jeunes, de manière équitable et continue. Il s'agit ensuite de développer des méthodes d'apprentissage de qualité et efficaces. À ce titre, de nouveaux acteurs, notamment dans le domaine des technologies de l'éducation, sont en train d'émerger, offrant aux élèves et aux étudiants des solutions peu coûteuses pour un apprentissage plus efficace et personnalisé.

Santé

Une population en bonne santé est une condition essentielle au développement durable. Comme l'a clairement montré la pandémie de Covid-19, si la population n'a pas accès à des soins médicaux et à des programmes de prévention des maladies de qualité, nous mettons en péril notre propre santé et notre future prospérité économique. Selon l'OCDE, les dépenses de santé publique dans les pays développés devraient atteindre près de 9 % du PIB d'ici à 2030, puis 14 % d'ici à 2060.5

Il n'est donc pas surprenant que l’une des priorités des pouvoirs publics à travers le monde soit de promouvoir un meilleur accès à une couverture médicale de qualité, et d'en limiter le coût pour la société.

De nombreuses entreprises apportent des solutions toujours plus innovantes aux problématiques sanitaires mondiales. En outre, l’innovation médicale de ces dernières décennies permettent aujourd'hui d'envisager une médecine plus efficace et encore plus personnalisée. L’environnement de la pandémie a contribué à l'essor de la télémédecine, qui consiste à dispenser et à gérer par voie électronique des services et des informations liés à la santé. Nous pensons que ces services virtuels peuvent contribuer à désengorger les structures médicales, à réduire les coûts de santé et à développer la médecine préventive en réduisant les obstacles qui limitent l'accès aux soins.

Inclusion financière et numérique

La fracture numérique reste encore un obstacle majeur. Un rapport de l'ONU publié en 2022 a mis en évidence un écart croissant entre, d'une part, les « hyperconnectés » et, de l'autre, les « démunis numériques », plus d'un tiers de la population mondiale demeurant totalement déconnecté.6

Le fait de ne pas avoir accès à Internet peut être lourd de conséquences en matière d'éducation, de recherche d'emploi, de santé, de création d'entreprise… Le Forum économique mondial estime à 2 100 milliards de dollars le montant des investissements nécessaires pour assurer l'accès de la majorité des populations à Internet au cours des cinq prochaines années.

Au cœur du problème figure l'accès à la technologie et aux infrastructures nécessaires à la connectivité. Bien que le prix des smartphones et des appareils numériques diminue en valeur réelle, l'accès à Internet reste coûteux dans certaines économies en développement. Pour adresser ce problème, la tendance est par exemple à la mutualisation des tours télécoms auprès d’opérateurs spécialisés, ce qui permet un coût des opérations moindres via la co-location, une gestion plus professionnelle et aussi généralement un maillage renforcé du territoire grâce aux effets d’échelle.

  • VGhpcyBpcyB0aGUgc3RhdGUgb2YgaW5lcXVhbGl0eSBpbiAyMDIyLCBhY2NvcmRpbmcgdG8gT3hmYW0gfCBGb3J1bSDDqWNvbm9taXF1ZSBtb25kaWFsICh3ZWZvcnVtLm9yZyk=
  • T2JqZWN0aWZzIGRlIGTDqXZlbG9wcGVtZW50IGR1cmFibGUgfCBQcm9ncmFtbWUgZGVzIE5hdGlvbnMgdW5pZXMgcG91ciBsZSBkw6l2ZWxvcHBlbWVudCAodW5kcC5vcmcp
  • RmluYW5jZSB8IEdFTSBSZXBvcnQgU0NPUEUgKGVkdWNhdGlvbi1wcm9ncmVzcy5vcmcp
  • RmluYW5jZSB8IEdFTSBSZXBvcnQgU0NPUEUgKGVkdWNhdGlvbi1wcm9ncmVzcy5vcmcp
  • SGVhbHRoY2FyZSBjb3N0cyB1bnN1c3RhaW5hYmxlIGluIGFkdmFuY2VkIGVjb25vbWllcyB3aXRob3V0IHJlZm9ybSAtIE9DREUg
  • IEdsb2JhbCBDb25uZWN0aXZpdHkgUmVwb3J0IDIwMjIgKGl0dS5pbnQp
Investissement Responsable

Progrès social

La prise de conscience sociale est un sujet en plein essor qui conduit à des changements structurels importants dans la société.

En savoir plus

Articles et vidéos

En direct de la gestion

Sécurité : un facteur déterminant pour le progrès social

  • Par Anne Tolmunen
  • 30 novembre 2022 (7 minutes)
Social

Division du travail : l’exemple du Royaume-Uni

  • Par Modupe Adegbembo
  • 02 juin 2022 (5 minutes)
Social

Vous voulez investir en faveur du progrès social ? Voici le mode d’emploi

  • Par Anne Tolmunen
  • 10 mai 2022 (5 minutes)

    Avertissement

    Investir sur les marchés financiers implique un risque de perte en capital.

    Ce document est exclusivement conçu à des fins d’information et ne constitue ni une recherche en investissement ni une analyse financière concernant les transactions sur instruments financiers conformément à la Directive MIF 2 (2014/65/CE) ni ne constitue, de la part d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés, une offre d’acheter ou vendre des investissements, produits ou services et ne doit pas être considéré comme une sollicitation, un conseil en investissement ou un conseil juridique ou fiscal, une recommandation de stratégie d’investissement ou une recommandation personnalisée d’acheter ou de vendre des titres financiers. Ce document a été établi sur la base d'informations, projections, estimations, anticipations et hypothèses qui comportent une part de jugement subjectif. Ses analyses et ses conclusions sont l’expression d’une opinion indépendante, formée à partir des informations disponibles à une date donnée. Toutes les données de ce document ont été établies sur la base d’informations rendues publiques par les fournisseurs officiels de statistiques économiques et de marché. AXA Investment Managers décline toute responsabilité quant à la prise d’une décision sur la base ou sur la foi de ce document. L’ensemble des graphiques du présent document, sauf mention contraire, a été établi à la date de publication de ce document. Du fait de sa simplification, ce document peut être partiel et les informations qu’il présente peuvent être subjectives. Par ailleurs, de par la nature subjective des opinions et analyses présentées, ces données, projections, scénarii, perspectives, hypothèses et/ou opinions ne seront pas nécessairement utilisés ou suivis par les équipes de gestion de portefeuille d’AXA Investment Managers ou de ses affiliés qui pourront agir selon leurs propres opinions. Toute reproduction et diffusion, même partielles, de ce document sont strictement interdites, sauf autorisation préalable expresse d’AXA Investment Managers. L’information concernant le personnel d’AXA Investment Managers est uniquement informative. Nous n’apportons aucune garantie sur le fait que ce personnel restera employé par AXA Investment Managers et exercera ou continuera à exercer des fonctions au sein d’AXA Investment Managers.

    AXA Investment Managers Paris – Tour Majunga – La Défense 9 – 6, place de la Pyramide – 92800 Puteaux. Société de gestion de portefeuille titulaire de l’agrément AMF N° GP 92-008 en date du 7 avril 1992 S.A au capital de 1 421 906 euros immatriculée au registre du commerce et des sociétés de Nanterre sous le numéro 353 534 506.

    Avertissement sur les risques

    La valeur des investissements, et les revenus qu'ils génèrent, sont sujets à des variations, ce qui peut engendrer une perte totale ou partielle du capital initialement investi.